Le Fonds vert pour le climat (FVC) répond aux appels visant à aider les pays en développement à renforcer leurs défenses contre les effets de plus en plus dommageables du changement climatique, tout en surmontant les contraintes budgétaires du COVID-19. 

C’était le message que le directeur exécutif du GCF, Yannick Glemarec, a porté au Sommet sur l’adaptation climatique 2021 qui s’est récemment conclu .

« Alors qu’ils sont aux prises avec la crise du COVID-19, les pays en développement n’ont pas les ressources pour financer les besoins d’adaptation urgents », a déclaré Glemarec au sommet en ligne de 24 heures. Il faisait partie d’un large éventail de dirigeants nationaux et mondiaux réunis pour augmenter le financement des mesures d’adaptation pour faire face au changement climatique, en particulier pour les populations pauvres les plus à risque.

Glemarec a présenté les mesures que le GCF prend avec ses partenaires pour aider les pays en développement à renforcer l’adaptation au cours de plusieurs sessions au sommet axées sur différentes dimensions de l’adaptation au climat. Le FVC engage la moitié de son portefeuille de 7 milliards USD dans des actions d’adaptation, avec plus des deux tiers du financement de l’adaptation atteignant les pays les plus vulnérables : les pays les moins avancés, les petits États insulaires en développement et les États africains.

Le FVC cible ce financement vers quatre résultats : soutenir la planification transformationnelle des pays, catalyser l’innovation climatique, mobiliser les investissements publics et privés à grande échelle, et développer la création et le partage de connaissances sur les solutions climatiques.

Glemarec a présenté plus en détail les efforts du FVC pour mobiliser le financement de l’adaptation lors d’une session au sommet qui a mis en évidence le rôle clé des flux financiers mondiaux d’un billion de dollars pour lutter contre le changement climatique.

Les mesures collaboratives du FVC comprennent l’exploitation de la nouvelle génération de contributions déterminées au niveau national (CDN) des pays en développement pour favoriser les synergies entre l’adaptation, l’atténuation et le financement du développement, conformément au stimulus économique COVID-19.

« Des politiques intégrées qui capturent trois victoires pour la santé, la croissance et le climat pourraient réduire de 40 pour cent l’investissement total requis pour atteindre les objectifs de développement durable et l’Accord de Paris », a déclaré Glemarec.

Les autres mesures décrites par Glemarec comprenaient de nouvelles méthodologies d’évaluation qui permettent aux financiers de mieux évaluer les taux de rendement des investissements résilients face au changement climatique. Il a également souligné la nécessité de créer de nouveaux produits financiers résilients au climat pour correspondre au profil de risque des produits familiers aux investisseurs institutionnels.

Glemarec a ajouté que la communauté internationale doit atteindre l’objectif de 100 milliards USD en matière de financement climatique – une condition préalable pour transformer les marchés nécessaires pour aligner les flux financiers afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter au changement climatique.

Lors d’autres sessions, le Directeur exécutif du FVC a souligné comment le soutien du FVC améliore la résilience climatique dans l’agriculture et les infrastructures. Sur tout le continent africain, a déclaré Glemarec, le FVC a investi près de 1,1 milliard USD de ses 7,3 milliards USD de ressources engagées au cours des quatre dernières années, spécifiquement dans des mesures d’adaptation.

Un certain nombre de dirigeants de pays en développement ont reconnu le soutien du FVC pour les progrès que leurs pays font actuellement pour renforcer leur capacité d’adaptation et réduire les risques climatiques.

Le Premier ministre de la Grenade, Keith Mitchell, a déclaré que les finances du FVC aidaient son pays à effectuer une transformation totale de son secteur de l’eau pour devenir plus résilient au changement climatique. Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a déclaré que le Fonds vert pour le climat aidait le Ghana au travail avec le secteur privé pour établir un fonds de plusieurs millions de dollars pour soutenir l’adaptation et la transition vers les énergies renouvelables.

Le soutien égal du FVC aux activités d’adaptation et d’atténuation de réduction des émissions contribue à corriger un déséquilibre béant, où l’atténuation capte actuellement la majeure partie du financement climatique mondial.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a déclaré lors du sommet que « l’adaptation ne peut pas être la moitié négligée de l’équation climatique ». Il a appelé tous les donateurs et les banques multilatérales de développement à combler les « énormes lacunes » du financement de l’adaptation en allouant 50 pour cent de leur financement climatique à l’adaptation.

Tout en mettant en garde contre les extrêmes climatiques sans précédent actuels, le Secrétaire général a souligné les défis posés par le récent rapport sur les écarts d’adaptation du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) qui calcule les coûts annuels d’adaptation dans les seuls pays en développement à environ 70 milliards de dollars. Ces coûts devraient atteindre 300 milliards USD en 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *